Des Perlas au Darien : trésors du Panama

Journal de bord
DCIM/103MEDIA/DJI_1147.JPG
Kanaga et son ombre… vus du ciel

Kanaga est de retour à son mouillage quasi-habituel de Panama City après un dernier bord dans le Golfe, en équipage. L’archipel des Perlas nous a offert de nouvelles rencontres d’exception. Le Darien, quant à lui, nous a ébloui.

Revenir en un même lieu permet d’aller un peu plus loin à chaque fois. Nous avons donc choisi de mener notre joyeux équipage dans l’archipel des Perlas que nous avions découvert cet été.

DCIM/103MEDIA/DJI_1130.JPG
Un mouillage aux Perlas – merci Bapt et Baptman pour ces images !
IMG_1139
Ou selon Julie…

Comme promis, nos équipiers ont eu droit au chant des baleines à bosses à travers la coque du Kanaga (ouf, elles ne nous ont pas lâché) et à quelques navigations communes avec ces grandes dames. La pêche quasi-miraculeuse était de la partie également, avec pour victimes, quelques poissons, mais aussi quelques leurres arrachés… ce ne sont pas toujours les pêcheurs qui gagnent ! Nous avons aussi trouvé des eaux de plus en plus cristallines, avec des plongées offrant leur lot de merveilles : murènes, tortues, raies, napoléons…

 

 

 

À la recherche de la perle rare…

La magie du voyage reste dans les rencontres. Ce jour-là nous étions au mouillage de Las Cañas, au sud de l’archipel. Sur la plage, un homme d’une cinquantaine d’année observe notre drôle d’équipe. Nous échangeons quelques mots, il vient ici récupérer du gravas pour construire une maison dans le petit village adjacent qui compte 80 habitants. Assez vite, il a l’air décidé à nous faire découvrir les joyaux de son coin. Ils nous amène cueillir des citrons sauvages avant de se lancer dans l’escalade d’un cocotier pour nous offrir des cocos fraîches. Il grimpe quelques « marches »  pré-taillées sur le tronc, plante sa machette d’une main, se hisse de l’autre, les jambes croisées sur l’arbre. Dix mètres plus haut, suspendu la tête en bas, il nous « envoie » des cocos…On est quelque peu fébriles, surtout quand il nous lance : « Ca fait longtemps que je n’ai pas fait ça !! »… Mais redescend avec autant d’habileté qu’il a mis à monter. Quelques heures plus tard il passe à bord avec du poisson, des coquillages du coin (genre bulots mais trois fois plus gros dotés de piquants), et des huîtres.
Le nom de Las Perlas vient de là. Des huîtres perlières qui au temps des conquistadors ont été récoltées à outrance – en exploitant les indiens. Pas d’élevage ici, les chanceux les trouveront lors de l’ouverture. A priori, c’est assez rare. Notre ami nous en ouvre une dizaine… point de perles, mais leur goût est fameux ! Puis il nous raconte des histoires de chasse… on y apprend que de chinois peu scrupuleux l’ont contacté pour tuer des crocodiles, pour du trafic illégal bien sûr… une mission qu’il laissera en plan. Nous sommes plongés dans un autre monde et nous nous endormons la tête pleine d’histoires.

Le lendemain, il nous guide dans le village et tient à nous montrer sa finca, ses cochons. Les gens ici vivent isolés, ils ont une navette par semaine qui assure quelques avitaillement, mais font en sorte d’être autonomes. Une femme ici bat le riz, des hommes jouent au domino, un autre répare un hors-bord et des gamins nous observent (presque) discrètement. Pas de Wifi non plus. A l’école il y a actuellement 8 élèves. Les jeunes quittent ensuite les lieux pour aller au collège, souvent à Panama City…Et pour trouver un compagnon ou une compagne de vie, c’est encore plus compliqué aux dires des habitants il faut aller trèèès loin !!! Gerardo nous explique que sa femme et ses enfants sont restés à la ville… Il nous raccompagne vers la plage où nous avons laissé l’annexe après cette bonne partie de journée passé ensemble, et nous salue, les larmes aux yeux.

De retour à bord nous faisons un plein d’eau douce à la cascade, encore touchés par ce moment de partage, puis, nous décidons d’aller encore un peu plus loin.

Dans le Darien.

DCIM/103MEDIA/DJI_1043.JPG
Changement de paysages… face au Darien

Le Darien c’est cette immense forêt qui rend le passage entre la Colombie et le Panama quasi impossible par la route – sauf si vous avez grandi là et que la jungle n’a plus de secrets pour vous. Reste cependant une option pour y aller : les fleuves. Nous décidons donc de remonter le Rio Congo qui nous semble le plus adapté eu égard à notre tirant d’eau (2,4m) et à la cartographie un peu aléatoire dans ce genres de sites. Le bleu de l’eau laisse place à une couleur marronâtre drainant de nombreux troncs d’arbre et pleine de plancton. Nous nous engouffrons dans le fleuve et devinons l’immensité de la forêt alentour… Au loin, des montagnes. Quelques pêcheurs des communautés qui vivent là jettent quelques filets. Leurs embarcations sont misérables ce qui ne les empêchent pas d’évoluer dans les dédales de mangroves avec une facilité déconcertante !

Nous partons à notre tour explorer les lieux avec nos prames, un labyrinthe de mangroves nous attend avec d’immenses palétuviers. Nous chuchotons espérant croiser quelques animaux… Nous tombons sur un groupe de capucins qui sautent d’une branche à l’autre, des oiseaux en tout genre, pas de jaguar pour cette fois. Difficile de lire un tel paysage quant on n’est pas « de là »…c’est impressionnant. On entend quelques singes hurleurs aussi avec leur cri si spécifique. Le soir nous revenons et cette fois-ci c’est un crocodile que nous croisons… la benjamine du bord le trouvera « minuscule » (1,5m tout de même, ça commence à faire un beau lézard) ! On cherche la mère de ce dernier… elle nous aura probablement vu mais restera cachée…

Lucioles, plancton bioluminescent et ciel étoilé nous raccompagnent à bord. Le fleuve nous communique son atmosphère paisible et silencieuse, ou du moins silencieuse des bruits humains…

20191022_061557
Paisible Darien…

Le lendemain au crépuscule, l’île derrière laquelle nous avons mouillé, une île anonyme que nous avons baptisée l’île Marcel en hommage à un tonton qu’on aimait beaucoup, se pare de centaines d’oiseaux. À la même heure, ils arrivent de toute la forêt : des ibis, des pélicans, des courlis, des hérons, des urubus et des petits oiseaux noirs dont nous ne connaissons pas l’identité. L’île devient alors le lieu de piaillements, chants, jacasseries et même semblent-t-il éclats de rire qui remplissent tout l’espace. Une île refuge où les prédateurs ne peuvent les atteindre… Alignés sur le pont du Kanaga, nous assistons au spectacle, fascinés. Conscients d’approcher ici un des bouts du monde… il nous faut pourtant repartir. Déjà.

Un grand merci à Julie, Baptiste et Hervé pour leurs photos !!!

À suivre…

P1010470
Vu !

Previous
Une partie de l’équipage du KANAGA au Festival du film et livre de l’aventure de La Rochelle pour un nouvel ouvrage !
Next
Adios al Panama !
  • Belle aventure qui me rappelle la mangrove au Yucatan au lever du soleil’…..magique réveil de la faune et de la nature !
    Mais ce sont les rencontres qui souvent marquent le plus par leur richesse, leur spontanéité. et leur empressement à partager ….
    À bientôt pour d’autres découvertes attendues avec impatience….

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez Kanaga !

...en recevant gratuitement la Newsletter rédigée par votre dévouée scribe.

Rejoignez 603 autres abonnés