Bientôt dans la mare aux harengs !

Journal de bord
DSC06211
Parés pour larguer les amarres !

Après 15 jours durant lesquels nous avons pris soin de lui à Lanzarote, voilà Kanaga de nouveau prêt à prendre la mer ! Cette fois nous larguons les amarres pour viser les Caraïbes, puis…le Pacifique ! La quille de Kanaga ne devrait pas se frotter à l’Europe avant quelques années. Un départ qui fleure bon le renouveau !

A bord, l’équipage est éclectique : des canadiens (avec l’accent québécois), un savoyard (avec l’accent), une chilienne (avec l’accent breton), un bordelais (avec l’accent belge) et un toulousain (avec l’accent de Troyes). Bref, chacun apporte sa petite touche culturelle !

DSC06253

DSC06243
Escale à l’île de Lobos, on profite des derniers instants à terre…

Nous profitons des derniers moments en zone côtière pour nous livrer à quelques escapades. Une escale à l’île de Lobos, située entre Lanzarote et Fuerteventura permettra de se dégourdir les jambes. Réserve naturelle qui abrite de nombreux piafidés, on y circule au milieu de petits cônes volcaniques. Pas un arbre, une végétation rase qui contraste avec la terre rouge. Voilà un bon aperçu des fameux paysages lunaires caractéristiques de cette partie des Canaries. On y essuie quelques grains qui donnent naissance à de sublimes arc-en-ciel.

Le Puertito abrite quelques maisons. On y rencontre Elias qui vit là depuis 10 ans à l’année. Ils sont 3 ou 4 à être établit là mais c’est lui qui reste le plus longtemps ! « J’y suis tranquille! J’aime cette vie! ». Sa maison est sommaire : une grande pièce de vie où il a tout y compris le Timbre (guitare locale) accrochée au mur. Ce soir là il revêt sa combinaison de plongée pour aller pêcher « 20 kilos de poulpe que je vends ensuite au restaurant ».

Ah oui, il y a aussi un petit restaurant qui prépare des spécialités locales si on téléphone le matin. Il faut dire qu’effectivement on est loin ici de l’agitation des zones plus touristiques des Canaries. Quoique l’été, nous dit Elias, 1500 personnes débarquent chaque jour à Lobos : « on va réguler et instaurer des quotas car c’est beaucoup trop… ». Nous rentrons à bord alors que la pleine lune se lève sur…la lune ?  L’un de nous s’offre même le luxe de profiter du spot de surf local en solo…

DSC06218
La responsable de la cambuse vérifie l’avitaillement…
DSC06291
Nos voisins de Rosario

Quelques heures plus tard, une dernière escale à Rosario, à Fuerteventura est nécessaire pour les derniers détails de l’avitaillement. Kanaga est à l’ombre d’un énorme paquebot et le port plus…commercial. Un autre visage de ces îles!

Qu’est ce qui attend ces joyeux drilles embarqués pendant la transat ? Le grand large, le grand bleu, les alizés et du temps sur l’eau. Beaucoup de temps sur l’eau. Va falloir s’occuper. Alors, que faire entre deux quarts, deux siestes et deux tournées de mangeaille ? On peut compter les moutons, mais en mer ça peut être lassant. Idem pour les nuages…Quant aux vagues….

20181115_150055
À chacun…
20181117_161804
…ses lectures !

Alors bien évidemment, une grande partie du temps est occupée à échanger de vive voix sur tout et n’importe quoi : refaire le monde, débattre sur le temps de cuisson des patates ou la plus belle coupe de barbe, discuter de la dernière émission radio (mer calme à peu agitée…), se raconter nos vies, ou parler du dernier bouquin lu ou celui qui est en court.

D’ailleurs en ce domaine les lectures choisies sont diverses et variées elles aussi : il y a ceux qui s’intéressent à la collapsologie et qu’on ne se laissera pas trop s’approcher du bord en cas de crise…, ceux qui on de quoi méditer et léviter avec « le pouvoir de l’instant présent », ceux qui rêvent d’aventures musclées avec Oro, ou de décrypter le mouvement océanique (ou de prendre de l’altitude) en lisant « Histoire d’une montagne » d’Elisée Reclus, celles qui avec poésie se plongent dans le « dictionnaire des amoureux de la mer » ou encore ceux et celles qui ne se lasseront pas de « Tchoupi joue à cache-cache »…

DSC06221
Mais…c’est encore loin l’horizon ?

Notez que personne n’a pensé à un livre utile du genre : « que dire à Poséidon si on le croise nu au milieu de l’océan ? », ou encore « comment rester branché quand on est au milieu de nulle part ? », « que faire en cas de panne de lait ou de papier toilette ?», « comment en finir avec le mal de mer grâce à la force de l’esprit ? », « la vie en promiscuité quand ça bouge : règles de bienséances et de bonne conduite ».

Bref, encore un équipage de poètes et d’intellectuels ravis à l’idée de scruter un horizon qui ne cessera de s’éloigner pendant un petit mois. L’appareillage est prévu lundi pour les Caraïbes…ça promet !!

À suivre !

Previous
Kanaga et le 7ème art
Next
Transat en 3D
  • Wouhou, la dernière transat remonte à un an déjà, et le temps qui passe se mesure aux cheveux blondinets qui poussent sur la tête de la plus jeunette…!
    Que ce mois vous soit aussi magique qu’il y a un an quand j’étais de la partie ! Grosses bises de Bretagne, et au plaisir d’échanger sur la vie et … sur vos prochaines lectures 😉 pour moi en ce moment c’est B. Traven… des amateur.e.s? Bécoooots

  • hello!
    étant au cap vert pour une fin de con voyage Ténérife-Cap Vert, avec une petite famille, je pense à vous et vous souhaite bon vent.

  • Bon voyage….les frères Drouet et tout l’équipage…et à La moussaillonne bien sûr !
    La mer est grande mais la terre est ronde….Kanaga retrouvera l’Europe….

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Suivez Kanaga !

...en recevant gratuitement la Newsletter rédigée par votre dévouée scribe.

Rejoignez les 1 147 autres abonnés