De la montagne à la mer il n’y a parfois qu’un arbre !

Journal de bord
DSC05659
Certaines histoires de bateaux naissent au coeur des montagnes…Ici au pied du Balaïtous

Kanaga a fait une micro-escale à Tréboul après sa deuxième partie de transat et se dirige vers Anvers pour rejoindre les étudiants de l’école de marine marchande belge. Les échos de la transat suivront bientôt. Pour l’instant prenons un peu de hauteur et suivons un petit groupe de Pyrénéens qui s’est activé pour donner à Kanaga des lettres de noblesses, ou plutôt…faites de bois noble. Explications.

DSC05797
Le chemin de la mâture creusé en 1766
DSC05795
Mieux vaut ne pas avoir le vertige…
DSC05817
Au bout du chemin…l’Ossau

À la fin du XVIIIème siècle il n’était pas rare d’entendre parler de bateaux au fin fond des vallées pyrénéennes. Et pour cause, pour mener à bien la rénovation de la flotte décidée par Colbert sous Louis XIV la vallée d’Aspe est devenue le territoire d’un étrange spectacle. Des hommes suspendus à 200m au-dessus du vide dans les gorges de l’enfer, s’attaquent à la montagne pour y creuser le chemin de la Mâture, connu aujourd’hui des randonneurs en recherche de sensations fortes. Ils convoitaient les hautes forêts. Chaque jour 10 à 12 attelages de boeufs traînaient ainsi des troncs vers la ville d’Etsaut. Assemblés en radeaux au « port » d’Athas (à 440m d’altitude…), ils étaient ainsi convoyés jusqu’à Oloron, via le gave puis vers Bayonne. Le sapin était utilisé pour les mâts, le hêtre pour les avirons et le buis pour les poulies.

DSC05604
Au pied du pic du midi d’Arrens un chêne ne se doute pas du destin maritime qui l’attend…

Ces jours-ci c’est dans le Val d’Azun que l’on a parlé voilier. Imaginez un superbe chêne situé dans un bois d’Arrens-Marsous qui se fait déraciner par une tempête, au pied du pic du midi.

Jean-Michel récupère l’arbre. Il contacte une scierie mobile qui en fait des planches et des poutres d’une qualité superbe. L’ensemble est stocké dans le hangar de Zabeth. Jean passe par-là repère une des planches…il se trouve que quelques jours plus tôt, sa fille Laëtitia, qui vit à bord du voilier Kanaga (ah on y est!) lui a confié une mission : réaliser un cartouche en bois qui ornerait le cul du bateau. Claude prête les outils pour graver la pièce…La typo se calque sur celle qu’à imaginée Antoine, notre fidèle dessinateur.

DSC05721
Mesure…
DSC05839
Gravure…
DSC05840
Peinturlure…
DSC05846
Ponçure…(faut que ça rime)
DSC05859
Et lazure !!

Grand merci à toutes ces petites mains : grâce à elles Kanaga sera désormais toujours accompagné d’un petit air pyrénéen soufflé par le Val d’Azun.

Une semaine plus tard, les cartouches sont prêts à l’emploi, lazurés. Il reste désormais à les porter à dos d’avion en Belgique pour les installer à bord. Ce chêne d’une haute vallée de montagne n’aurait sans doute pas imaginé se retrouver un jour embarqué à bord d’un navire…à moins qu’il n’ait entendu quelques histoires contées par ses ancêtres de la vallée d’à côté !

Espérons qu’à son tour il en aura de belles à colporter par delà les océans et les cimes…!

À suivre…

Previous
Où il est question des Açores, de musique et d’exotisme
Next
Chez les Flamands…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Suivez Kanaga !

...en recevant gratuitement la Newsletter rédigée par votre dévouée scribe.

Rejoignez les 1 147 autres abonnés