Graines d’îles, ou enquête sur le caractère des cailloux

Journal de bord
L0F_8046-min
Kanaga au mouillage veille sur les cailloux, à Herm

Pendant 15 jours, Kanaga a navigué dans la Manche, quittant les Anglo-Normandes pour se diriger vers la Bretagne. L’occasion d’étudier une question toute à fait intéressante : le tempérament des cailloux. Résultats de l’enquête en direct de l’AberWrach’ où nous venons d’arriver. C’est discrètement que Kanaga a quitté Cherbourg.

Deux jours avant le Queen Mary 2 était passé par là, mais avait fait tellement de grabuge que les cailloux se sont écartés sur son passage, ouvrant le passage de la grande rade. Pas moyen d’en interviewer un. Notez que vu le gabarit du navire, mieux vaut ne pas s’y frotter de trop près.

L0F_7948-min
Quand le Queen Mary 2 quitte Cherbourg, les cailloux s’écartent sur son passage…

Donc pour nous pas de corne de brume ni bateaux ambassadeurs, mais juste l’objectif de rejoindre Alderney, la première des Anglo-Normandes. Ici, la plupart des cailloux en cours de croissance ont été utilisé pour faire des fortifications. Impossible de les faire causer : secret-défense qu’ils m’ont répondu. Des cailloux mutiques ?

L’enquête a donc continué à Guernesey. Pour ce faire, Kanaga s’est confronté au Raz Blanchard avec succès. Il s’est fait rincé tout le long par une pluie diluvienne, mais n’en avait que faire -contrairement aux barreurs, trempés jusqu’au slip…Là, les cailloux sont encore trop occupés à lire les écrits de Victor Hugo qui y a vécu 15 ans, exilé, avec vue sur la France. Des cailloux littéraires ?

L0F_8052-min
Des cailloux littéraires 

Ni une ni deux, on a mis les voiles vers Sark. Nous y avons trouvé quelques rochers coopérants. Ils se montraient peu à peu, ici et là dans le soleil couchant. Cette île pour pousser a fait appel à un sculpteur spécialisé qui lui a dessiné une sorte d’isthme perché que l’on appel la coupée. Si vous êtes sujets au vertige, mieux vaut vous abstenir d’aller voir de près…Des cailloux aventuriers ?

L0F_8013-min
La Coupée de l’île de Sark
L0F_8017-min
…Et les cailloux aventuriers plus bas…

Puis, dans notre étude, l’inventaire n’aurait été exhaustif sans s’arrêter à Herm. Les plus courageux s’y sont baignés, pour être caillou à la place du caillou : plongé dans une eau fraîche selon les manifestants, froide selon la police. Comment tu veux pousser dans des conditions pareilles ? Pas étonnants qu’ils soient nombreux et affleurants à la surface, impossible d’émerger ici. Ah les cailloux plongeurs…

L0F_8091-min
Les cailloux plongeurs

Car oui le caillou vit longtemps sous l’eau. C’est ce que l’on remarque très vite en arrivant aux abords des côtes Bretonnes. Ainsi à Paimpol, nous avons pu les deviner, juste sous la surface, guettant la moindre quille étourdie. Ces cailloux-là seraient-ils fourbes ou est ce de la timidité ?

Difficile à dire, à Bréhat beaucoup gardent le silence, trop contents de ne faire qu’un avec des façades de moulins ou de Manoirs avec vue sur mer mais les pieds au sec. Des cailloux snobs ?

L0F_8078-min
Les cailloux à moulins…

En revanche aux sept îles, les cailloux qui s’expriment n’hésitent pas à prendre de la hauteur. Arrosés quotidiennement par le guano de milliers de fous de Bassan, il semblerait que cet engrais naturel leur ait donné la force de croître sereinement. Bien que sur cet archipel, lorsque la mer se retire entre deux îles, le promeneur découvre que les eaux translucides abritaient un haut fond.. Cailloux farceurs alors ? Peut-être.

 

fullsizeoutput_4
Une graine d’île aux Sept îles

L’investigation de Kanaga se poursuit à l’île de Batz, où décidément il faut serrer la quille et les dents pour slalomer entre les roches. On y a rencontré un sympathique kayakiste-cueilleur-pêcheur, un local assurément qui lui n’a pas eu l’outrecuidance de se promener avec 2,4m de tirant d’eau en terrain miné. Bravo, on va encore nous prendre pour des touristesmalrenseignés.

Ceci étant, les cailloux, qu’ils soient mutiques, aventuriers, plongeurs, fourbes, timides, farceurs ou mineurs, poussent et disparaissent au gré des marées…nous offrant des paysages variés et surprenants, propices à l’imagination ! Qui sait, certains un jour deviendront une île, avec encore de superbes mouillages à nous offrir.

Bon caractère ou pas, on les aime bien ces cailloux.

A suivre…

Previous
La vie intérieure de Kanaga
Next
La magie de la navigation…
  • Sans doute qu’à l’aber vrach’ manifestants et policiers se mettent d’accord pour statuer sur le nombre de cailloux, la fraîcheur et la transparence de l’eau, l’odeur du goémon. Merci pour vos chroniques poétiques humoristiques de Kanaga !

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Suivez Kanaga !

...en recevant gratuitement la Newsletter rédigée par votre dévouée scribe.

Rejoignez les 1 147 autres abonnés