Kanaga, pèlerin des mers ?

Journal de bord
L0F_8429
Le large inspire certains équipiers….(et en expire d’autres…)

Voilà une semaine que l’équipage du Kanaga a quitté Douarnenez. Le passage du Golfe de Gascogne a été un véritable florilège de différentes conditions météos…une épreuve ou un chemin initiatique ? Comme toujours le Gascogne, c’est un peu le bizutage. Comprenez par là que ceux qui résistent à sa traversée et souhaitent continuer le voyage ont passé l’épreuve avec succès. 

fullsizeoutput_74
Les portes sont ouvertes…c’est parti !

Il y a ceux qui font un jeûne forcé : l’estomac au bord des lèvres (et du pavois), ils passent alors 2 à 3 jours agonisants au bord de leur bannette.

Il y a ceux qui enchaînent les quarts découvrant les joies de la vie avec réveil nocturne obligatoire guettant avec impatience les premières étoiles et…le sud. Ben oui, dans le Gascogne, il fait toujours froid.

Il y a les cuistots qui prennent leur rôle à coeur souhaitant faire de bons petits plats à toute l’équipe, et qui à l’escale rêvaient de mets fins et délicats. Une fois brinquebalés devant la gazinière, manquant de s’ébouillanter ou de se couper un doigt en tranchant quelques tartines, ils se rabattront sur la conserve 4 en 1 (apéro-entrée-plat-dessert) pour satisfaire les papilles de leurs compagnons de route.

Il y a ceux qui bien que semblant trouver un équilibre intérieur à bord, sont physiquement déséquilibrés à chaque houle croisée et cumulent les bleus et les bosses.

Il y a celle qui s’occupe de la moussaillonne et qui passe 2 jours enfermée, ce qui fait 48h, 2880 minutes ou 172 800 secondes dans la bannette faute de pouvoir aller sur le pont puisque ce n’est pas un temps à sortir les bébés dehors.

Il y a celui qui grince se demandant quand est-ce qu’enfin la météo sera établie…

Puis vient la première escale à la Corogne. En quelques minutes tout est oublié, on est ravi d’y croiser des bateaux amis et chacun de raconter sa traversée. Et voilà qu’à la capitainerie on nous propose de tamponner notre passeport de pèlerin : nous venons de parcourir le chemin de Compostelle… à la voile !! A cette étape, nous embarquons un équipier, éreinté, l’oeil hagard, le sac lourd, et les pieds meurtris. Il a fait une partie du chemin de Saint Jacques de Compostelle, mais à pieds. Réflexion faite, on était peut-être plus tranquilles par la voie maritime…

fullsizeoutput_75
Mondara Mad, le voilier de Xavier, à quelques milles de la Corogne

Bref, c’est heureux que nous prenons de nouveau la route, enfin, la mer, persuadés de ne plus être sur une zone de pèlerinage,  avec tous les sacrifices que cela demande. Ouf ! Les conditions sont stabilisées comme par magie, le soleil présent, les nuits étoilées et tout le monde a retrouvé sa forme d’antan, purifiés {?!) après ce passage du Golfe de Gascogne…

L0F_8479
La citadelle de Peniche
fullsizeoutput_77
Les maisons suspendues à la falaise…
fullsizeoutput_78
…avec vue sur mer !

L’escale suivante est la petite ville de Peniche, au Portugal. Ça sent le sud, et flâner dans les ruelles pavées et colorées de ce port de pêche est un vrai bonheur. Mais la sérénité est de courte durée, nous venons de croiser des hordes de jeunes blonds aux cheveux longs, portant une « board » sous le bras, une combinaison Néoprène et des lunettes de soleil. Renseignements pris, nous nous trouvons sur un haut lieu du surf portugais et dans quelques semaines il y aura ici même des championnats du monde de glisse…

Des pèlerins d’un autre genre…Manquerait plus qu’on nous demande de monter sur les planches pour participer à la grand messe : c’est décidé on met les voiles demain matin et on fait route vers le sud, toujours au sud socio !

Le sud…socio, le sud…

A suivre…

Previous
Première transat pour le Kanaga : la magie du départ…
Next
Navigation de rêve
  • Salut à toutes et tous ! Quel plaisir de vous lire … avec impatience j’attends la suite de votre périple : riche de belles rencontres, profitez un maximum des paysages, des p’tits et grands bonheurs de la Vie !
    Maman de Lulu !

  • Quel plaisir de retrouver les récits si vivants avec la pointe d’humour qui rappelle si bien des scènes vécues !
    Bravo à la moussaillonne d’avoir bravé le Golfe de Gascogne …..
    Bon vent ….pour d’autres aventures …..

  • Merci pour ces nouvelles ! J’essaie d’imaginer, je souris, je me réjouis pour vous, et je pense bien à vous !
    Ici la météo est correcte, le sol toujours bien stable, de petites fenêtres encore d’été indien ce WE, les bruits du monde, encore et toujours, loin d’être folichons, mais heureusement les feuilles d’automne nous offrent à nouveau leurs belles couleurs, nous allons à nouveau les ramasser à la pelle…
    Bonne continuation et bisous mon neveu !
    Tatie béa

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Suivez Kanaga !

...en recevant gratuitement la Newsletter rédigée par votre dévouée scribe.

Rejoignez les 1 147 autres abonnés