Rencontres, explorations et premiers émois…

Journal de bord
Kanaga au mouillage à Conception Island

Voilà 12 jours que nos chasseurs d’images ont embarqué à bord du Kanaga, actuellement à Nassau sur l’île de New Providence. Accoutumés à batifoler dans l’eau salée, ils font ici leurs premiers pas SUR l’eau. Et c’est parfois plus aventuresque que l’on ne pourrait l’imaginer…

C’est la cambuse remplie et le matériel de plongée amarré sur le pont que nous avons quitté la République dominicaine. Premier objectif : l’épave du Polyxeni. Pour la rallier il nous a fallu d’abord quitter la baie de Samana, au pré avec des alizés établis à 20-25 noeuds (c’est pas la saison où ça se tasse???) et avec une bonne houle. L’idéal pour malmener les estomacs des aquanautes…Après une bonne demi-heure de navigation, l’une avait des yeux grands ouverts -lire entre les lignes : « Mais qu’est que c’est que cette galère? », l’autre se concentrait pour ne pas nourrir les poissons -lire entre les lignes « la prochaine fois, j’irai à la nage ! », un troisième se fait des noeuds au cerveau – « Comment on va pourvoir filmer droit avec un bateau qui bouge sur une mer qui bouge et un vidéaste qui tangue ? » et le quatrième « Ouf, ben moi j’ai même pô le mal de mer ! ».

Quelques longues heures plus tard…, le lendemain matin, nous arrivons au Silver Bank, le lieu convoité. Un banc de sable long de 3 milles et de 20m de fond, entouré de tombants de 1500m et plus. Enfin, ça c’est sur la carte. En vrai, il y a en plus des dizaine de patates de coraux qui affleurent un peu partout faisant du chemin de navigation un véritable labyrinthe avec nos 2,4m de tirant d’eau. Ajouter à cela des vents qui ne mollissent pas. L’épave est bien là, visible, cassée en 3 morceaux -probablement à cause du dernier cyclone…Mais il faut se rendre à l’évidence, plonger là, ce serait trop risqué, beaucoup de courant, trop de houle. Nous décidons tous ensemble de continuer la route, un peu déçus. Nous arrivons le surlendemain à Great Inagua, port d’entrée des Bahamas.

Voiliers de fret haïtiens

 

Sneida, 19 ans, cuisinière du bord
Manoeuvre du « cargo-brousse »

Là, Georges, maître du port nous accueille chaleureusement. A terre, nos aquanautes rencontrent leur héros fétiche : le Bernard l’Hermite. Celui-là sera filmé sous toutes les coutures ! Pendant ce temps l’équipage sympathise avec les autres occupants du port. Notamment Sneida, qui est cuisinière sur un bateau de fret haïtien. Tout en bois, une bome dans laquelle on reconnait la branche utilisée, des voiles qui sont un amoncellement de bâches plastiques cousues à la main, une marmite à charbon directement installée sur le pont. Ils ont amené des mangues ici à Mathewtown. Je discute avec Sneida, elle a 19 ans, son frère est le capitaine du bateau qu’ils ont construits eux-mêmes. Elle est en charge de la cuisine car elle aimerait bosser en restauration. Elle me parle des marins qui chantent et dansent le soir sur les flots…et bien qu’elle ait le mal de mer, c’est pour elle un espace de liberté. Dès fois elle trouve ça dangereux. Tu m’étonnes, on est loin de la plaisance confortable. Le lendemain c’est un caboteur haïtien lui aussi qui vient faire le plein de fuel…Un « bateau-brousse » chargé à bloc de multitudes de choses : matelas, bidons, tubes, vélos, cartons, et un cheval à bascule en haut de la timonerie. Quand il s’éloigne, cahin-caha, je me demande jusqu’où est capable de naviguer un tel rafiot avec ce chargement. Sneida elle semble prête à aller au bout du monde…

Arrivée à hogsty reef…il faut garder les yeux ouverts…
Armel, Rachel et Typhaine se jettent à l’eau

Nous reprenons la route pour un atoll repéré sur la carte. Le site fait rêver : une ceinture de corail avec plein d’épaves pour nos plongeurs, cela devrait pouvoir remplacer celle du Polyxeni. L’arrivée est sublime : dégradé de turquoises que nous regardons attentivement pour éviter toute patate de corail affleurante. Kanaga se fraye un passage ainsi jusqu’à la barrière, au coeur du lagon. Le site est grandiose. Le vent, toujours fort. Rachel, Typhaine et Armel se mettent à l’eau pour aller voir de plus près l’épave qui est près de nous. Kanaga stresse un peu, brr, toutes ces épaves, ça lui donne des frissons dans la quille. Ils reviennent une heure plus tard, assez impressionnés par cette épave battue par le ressac, empêchant toute forme de colonisation sur cette vieille coque. Même pas de quoi faire un quartier à balanes. Par contre, l’ambiance est forte, des tôles qui bougent, une porte qui s’ouvre…à ceux qui croient aux fantômes mieux vaut éviter d’aller trainer les palmes ici! Heureusement, nos grenouilles préférées sont prudentes et observent raisonnablement le site. Le soir, nous regardons ensemble les « rushes », une scène qui se reproduira souvent dans les semaines à venir. 

 

Conception Island, l’île idéale ?
Balcon sur la mer

Mais les sites prédéfinis, sur les îles de New Providence, Great exhuma et Bimini sont encore loin. Nous appareillons pour quatre jours de navigation, avec une pause sur une île déserte, Conception Island. Parce que les Bahamas, c’est surtout un archipel de 800 îles dont beaucoup sont dépourvues d’habitants – j’entends par là de notre espèce.

Un citron pas pressé se ballade sous la quille de Kanaga…

Armel se met à l’eau…espérant secrètement une première rencontre, un rêve de gosse. Et puis voilà, c’est l’heure : il croise deux requins citrons apparemment en pleine parade amoureuse. Quand il nous retrouve, on lui demande s’il l’a vu. « Quoi? » « La raie pastenague, une énorme sous le bateau! » « Ah, non j’en ai vu une toute petite ». C’est 45 minutes plus tard, en nous montrant ses vidéos du jour, qu’on voit les images des requins. Tous en choeur « Mais!!! Depuis des mois tu nous en parles et tu n’as rien dit ?!! » « Ben non…j’savais pas comment l’annoncer ». Il est des rencontres tant attendues qu’on ne sait quels mots mettre dessus. 

Quelques minutes plus tard, Rachel voit un autre requin posé sous le bateau, Armel replonge et trouve déjà des techniques pour approcher au mieux le squale sans le faire fuir.

Cette fois-ci, c’est bon, le clap de début est lancé. Prochains objectifs : le Ray of Hope et le Willaurie, deux épaves situées près de Nassau.

A vos masques…on tourne !

A suivre…

Previous
D’un Bernard à un autre
Next
Paradise Island ?

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Suivez Kanaga !

...en recevant gratuitement la Newsletter rédigée par votre dévouée scribe.

Rejoignez les 1 147 autres abonnés